L’échec scolaire et le soutien scolaire

 

Il faut tout d’abord se rendre compte qu’avoir des difficultés scolaires n’est pas une fatalité : cela peut arriver dans la vie de n’importe quel élève. Néanmoins, cette situation peut être ressentie comme très handicapante pour un enfant ou un adolescent ; il se sent dépassé, il pense qu’il est le seul à ne pas y arriver et se dévalorise. Ces difficultés peuvent même remettre complètement en cause la confiance qu’un élève a en lui, et compromettre à terme ses chances de réussir dans sa vie professionnelle. Il est donc nécessaire de l’aider à remonter son niveau, tout en lui redonnant confiance en ses capacités.

Un enfant qui suit une scolarité classique évolue au minimum 9 ans dans le milieu scolaire. S’il poursuit ses études en vue d’obtenir un baccalauréat, il faut désormais compter 12 années. Sans parler des études supérieures, universitaires ou autres. Le milieu scolaire a ses avantages, il propose certes un cadre pédagogique garanti par un personnel bien formé, et un enseignement sans cesse repensé afin de garantir un apprentissage ludique et durable. Néanmoins, le collège ne peut éviter un certain nombre de déconvenues pour les familles qui souhaitent les meilleurs pour leur enfant : des classes surchargées, un emploi du temps trop éprouvant, et tout cela pour des résultats parfois mitigés. C’est la réalité, le système scolaire ne peut aujourd’hui suffire pour prétendre à l’excellence. Le même problème se pose lorsqu’il s’agit de faire face aux difficultés rencontrées par certains élèves. Malgré les efforts déployés par l’éducation nationale, tels que le programme ULIS qui accompagne les jeunes atteints de troubles dyslexiques ou cognitifs, les apprenants qui nécessitent un peu plus de temps ou d’attention sont trop souvent négligés par manque de temps et de moyen. Réussir sa scolarité est pour ces élèves très compliqué à réaliser dans le système scolaire actuel.

Pour autant, l’échec scolaire est loin d’être une fatalité. D’une part grâce aux qualités non négligeables d’une grande majorité du corps enseignant, et d’autre part en raison des nombreux recours offerts aux parents. Parmi eux figurent les cours particuliers. Des avantages qu’offrent ces prestations, l’écoute et la personnalisation de l’apprentissage sont les plus déterminants dans la réussite de l’apprenant. Assister à une leçon dans une classe de 30 élèves est une chose, approfondir certains aspects de la séance de manière individuelle avec un interlocuteur disponible et volontaire en est une autre.

On le sait, la rédaction est bien souvent le point faible de la plupart des élèves, tant au collège qu’au lycée. Les causes sont difficilement identifiables, on pourrait blâmer le manque de lecture, mais le problème est certainement plus méthodologique qu’autre chose. En créant un regain d’intérêt chez le jeune, puis en lui permettant d’acquérir les réflexes nécessaires, il est sans nul doute possible de corriger les défaillances éventuelles et de permettre à l’apprenant d’accéder à la réussite scolaire grâce à un suivi personnalisé et rigoureux.

C’est ainsi qu’à mon sens, les cours particuliers offrent une solution plus qu’idéale aux difficultés qu’affrontent de nombreux élèves. Les parents, souvent démunis, doivent y voir un moyen d’amélioration du niveau de leurs enfants, la possibilité de leur offrir une scolarité tranquille, et par voie de conséquence de meilleures perspectives d’avenir.